Écoutez la radio en ligne !
Accueil > A la Une > 18eme festival ô les chœurs

18eme festival ô les chœurs

Après le traditionnel barathon aoûtien, démarrage le 27 octobre de la 18ème édition du festival corrézien ô les Chœurs avec Acid Arab, Juniore, Zombie Zombie ou Back Strobe pour les noms les plus alléchants.

Elizabeth My Dear, l’association tulliste qui porte le festival, nous promet un festival haut en couleurs pour son 18ème automne. Le concept est toujours le même : musique, cinéma et expos.
Si la musique tient le haut du pavée et cristallise l’essentiel de l’attention, 2014 opère un retour à une programmation ciné fournie. Deux documentaires : SUGAR MAN sur la légende Sixto Rodriguez et TWENTY FEET FROM STARDOM qui raconte l’histoire secrète des choristes qui se cachent derrière les plus grands hits de la musique populaire.
Cerise sur le gâteau : la participation exceptionnelle d’Arnaud Rebotini, qui viendra échanger avec vous sur ses compositions pour le film Eastern Boys. Double opportunité de le voir puisqu’il montera sur scène défendre son projet Black Strobe le samedi 1er novembre.

 

ITW festival Ô les Choeurs 2014

 

La musique justement, un programme dense, 3 jours de festivités :

JEUDI 30 OCTOBRE // 20h30

SALLE DES LENDEMAINS QUI CHANTENT // BOULODROME IAN CURTIS

JUNIORE

Avec un premier 2 titres (« Christine » et « Dans le noir ») sorti à l’automne 2013, Juniore, une bande de garçonnes menées par Anna Jean et produit par Samy Osta, avait créé la surprise et gagné les cœurs grâce à leur pop en français mêlant douceur rétro et mordant moderne. Le groupe revient aux affaires aujourd’hui avec un nouveau format court : « La fin du monde ».

 

TÊTES RAIDES

Après avoir mis en musique différents auteurs de poésie dans le projet « Corps de mots » qui va continuer son voyage, Têtes Raides reprend la route avec une énergie plus électrique, un nouveau souffle puisé dans les profondeurs du son et du sens. « Il y a parmi les horizons des rivières qui se noient des abîmes où l’on glisse dans de sombres délices. ».
 

VENDREDI 31 OCTOBRE // 20h30

SALLE DES LENDEMAINS QUI CHANTENT // BOULODROME IAN CURTIS

Soviet Suprem

Quand R-Wan (du groupe Java) et Toma Feterman (La Caravane Passe) font alliance, cela donne Soviet Suprem ! Il nous présentent leur personnage, Sylvester Staline et John Lenine, associés aux gros bras de Dj Croute Chef pour donner le rythme, et voici un programme constructif : léger et punk à la fois, sur un tempo bolcho-tzigane, avec diversions cumbia et hip hop, voire… sirtaki. Tout cela sur un dancefloor chauffé à… rouge !
 

ZOUFRIS MARACAS

Révélés sur les ondes par Radio Nova et le Mouv, avec le titre « Et ta mère » issu de leur 1er album « Prison Dorée », ces nouveaux Z ’ouvriers de la chanson lèvent des rames entières dans le métro parisien depuis plusieurs années. Rumba, calypso, rythmes capverdiens ou brésiliens, swing manouche, tout leur va pour nous chanter une poésie sociale et politique, aussi drôle que corrosive ; un hymne joyeux à la vie et à la liberté.
 

LA FINE ÉQUIPE

La Fine Équipe est un groupe de Djs/Beatmakers composé de oOgo, Chomsk’, Blanka et Mr Gib, originaires de Marseille et Paris. Ils reviennent cette année avec Lov For Eva, leur nouvel EP. Synthés, cordes, samples, tout est mis au service de textures plus complexes et plus élaborées où le groove sous toutes ses formes reste la règle imparable. 
Habitués à la vie de tournée depuis leur voyage commun avec le collectif C2C, c’est dans le rythme soutenu et harassant des routes et des scènes que le canevas Lov For Eva s’est patiemment brodé.

 

SAMEDI 1er NOVEMBRE // 20h30

SALLE DES LENDEMAINS QUI CHANTENT // BOULODROME IAN CURTIS

MADEMOISELLE K

Des histoires de mort, de désir, de désespoir et de sexe, d’autres sans queue ni tête. Des chansons vécues, et rapportées tels des souvenirs des quatre coins du monde, depuis la glauque solitude d’une chambre brooklynienne/ New York jusqu’à la chaleur tropicale d’une tournée au Brésil en passant par Katmandou au Népal. Mademoiselle K nous revient plus rock et torturée que jamais après avoir fait peau neuve : des titres en anglais et un power trio avec Peter Combard son guitariste, complice alter ego de toujours et un nouveau batteur...
 

PONI HOAX

Enfants terribles du rock français, les Poni Hoax ont conquis la scène internationale dès le succès du single "Budapest" en 2005, suivi par "Antibodies" en 2008. Hit radio et hymne des dance-floors, le titre est tiré de leur album "Images of Sigrid", acclamé par la critique. Après une tournée de plus de deux ans dans le monde (et un passage mythique à Ô les Choeurs en 2008), le groupe signera son troisième album en février 2013 sur le label Pan European Recording. A State of War - évocation des années de guerre et d’exil de Nicolas Ker, plume et voix de Poni Hoax - est enregistré en studio dans une configuration live. Un album taillé pour la scène, jouisseur et grave où la légèreté et l’innocence de la musique sont le contrepoint parfait à la profondeur et la poésie des textes.

 

ZOMBIE ZOMBIE

Zombie Zombie est le projet commun de Neman, le batteur de Herman Dune, et d’Etienne Jaumet, saxophoniste et grand collectionneur de synthétiseurs vintages. Il se sont réunis autour de leur amour commun pour le krautrock, les BO de films d’horreur des seventies, le jazz cosmique et le post-punk.
C’est en trio qu’ils se produisent désormais, avec l’intégration d’un deuxième batteur, Dr Schönberg (The Berg San Nipples, Antilles), distillant leurs rythmes hypnotiques, presque cosmiques.

 

BLACK STROBE

rnaud Rebotini est de retour sur le Festival Ô les Chœurs, pour notre plus grand plaisir ! Avec son groupe Black Strobe, il viendra nous présenter leur deuxième album, « Godforsaken Roads », empreint de cette dynamique synthétique, et parfois discoïde, qui donne une dimension futuriste à leur musique. Dans cet album, Arnaud Rebotini capture l’Amérique des cow-boys et la fait voyager jusqu’à aujourd’hui en lui apportant une production résolument contemporaine, à l’image de l’esprit blues qui peut transpirer chez les maîtres de l’électro-pop Depeche Mode.

 
 
Avec cela, des workshops d’arts plastiques, des ateliers radio et un atelier musique : les moyens d’accéder à toute la richesse artistique que compte notre belle ville seront nombreux.

Malgré l’âge qui avance, Elizabeth My Dear ne s’assagit pas. Bien au contraire, elle a encore envie de surprendre, de partager, de proposer. Venez traverser avec nous son passage à l’âge adulte !


Plus d'infos :


Partagez


Recherche

Haut de page