Écoutez la radio en ligne !
Accueil > A la Une > Mois du Doc // At Berkeley

Mois du Doc // At Berkeley

Dans le cadre du Mois du Film Documentaire, Beaub’Fm s’associe à Blaq Out pour mettre à l’honneur le doyen des documentaristes américain : Frederick Wiseman. L’occasion de vous proposer l’un de ses derniers films, un documentaire-fleuve de quatre heures, fraîchement sorti en DVD : At Berkeley.

Pour faire de quatre heures consistant, pour l’essentiel, en des réunions filmées, un des films les plus stimulants et vivants qu’on puisse voir en ce moment, il faut l’art de la mise en scène et la compréhension des enjeux du grand documentariste américain.
En 3ème position au dernier classement mondial des universités, derrière Harvard et Stanford, Berkeley, université publique de Californie, a rencontré de gros problèmes budgétaires lorsque, suite à la crise de 2008, les subventions publiques qui représentaient la moitié de son budget ont été divisées par trois.
 
Couronnée par 29 prix Nobel au cours du XXème siècle, Berkeley compte aujourd’hui 35 000 étudiants répartis entre 130 départements d’enseignement et de recherche. Des étudiants issus de toutes les catégories sociales du pays, les plus défavorisés bénéficiant d’un système de bourses très performant. Mais, pour les enfants des classes moyennes malmenées par la crise, la seule possibilité pour se payer des études à Berkeley, c’est de s’endetter pour de très longues années.
 
At Berkeley est le 38ème film que le réalisateur américain Frederick Wiseman a consacré aux institutions contemporaines aux Etats-Unis : hôpitaux, justice, police, habitations à loyer encadré, écoles, musées, grands magasins...Il a planté sa caméra durant un semestre entier sur le campus de cette université qui, depuis les années 60 et les grandes luttes étudiantes contre la guerre du Viet Nam et pour les droits civiques, a conservé une liberté de pensée et une culture politique à part aux Etats-Unis, tout en cultivant l’excellence de l’enseignement.
 
Dès son premier film, Titicut Follies en 1967, Frederick Wiseman instaure un style et une technique qui lui sont propres pour éviter les clichés et réduire au maximum la subjectivité : il passe ainsi beaucoup de temps avec ses protagonistes avant le tournage ce qui a tendance à leur faire oublier la caméra ; il détermine son sujet pendant le montage, n’utilise pas la voix-off ni les commentaires, étale ses films dans la longueur (souvent plus de 3 heures) et privilégie le plan-séquence.
Cet immense accomplissement en équipe légère, servi par un sens de l’écoute (sur ses tournages, Wiseman ne tient pas la caméra mais le micro) et du montage, atteint aujourd’hui un de ses sommets avec At Berkeley.
Du beau travail, passionnant, qui suscite réflexions et débats, à l’heure où l’enseignement, chez nous, est en crise.
 


Plus d'infos :


Partagez


Recherche

Haut de page