Écoutez la radio en ligne !
Accueil > Les Actus du 89 > La Feranews > Totorro & Headcharger

Totorro & Headcharger

Du 19 au 24 mai 2014, la FERAROCK vous propose les albums de Totorro et de Headcharger.

Restez à l’écoute de nos émissions pour profitez de ces albums.

TOTORRO - HOME ALONE

Totorro débarque avec classe et décontraction dans le paysage post-rock français.
Totorro sort en 2008 son premier Ep, un début prometteur qui leur ouvre d’entrée de jeu les portes des salles et des premières parties de choix : Caspian, As We Draw, Tides From Nebula…

Avec leurs potes de Jean Jean, entre autres, les Rennais s’avèrent de sacrés avaleurs de bitume. Un penchant pour la route qui les emmène en Europe de l’Est et en Scandinavie avec les moyens du bord. Un groupe encore tout jeune mais l’expérience paie. Totorro s’affirme en une paire d’années comme l’une des valeurs sûres du rock stellaire en France mais également hors de nos frontières. En 2011, avec un EP de la trempe de All glory to John Baltor (Tokyo Jupiter Records) sous le coude, Totorro vient défier Mogwaï et consorts sur leurs terres. Le quatuor fait le pont entre post-rock/screamo passionné à la Envy et mélodies emo dans la lignée d’American Football, groupe des nineties que les rennais citent souvent comme influence. Une ambivalence qui rend Totorro à la fois accrocheur et intense, léger et heavy en cassant l’image prise de tête et sérieuse du post-rock.

Les quatre membres du groupe vivent ensemble et ça se sent. Sur scène l’union est palpable, le son fait bloc et le public repart toujours bluffé. Pas de chant – ou à de rares reprises –, c’est instrumental mais jamais chiant, compliqué mais toujours catchy.

Le 28 avril 2014 sortira leur premier album : Home Alone (Recreation Center, le label de Yelle). Un Album joueur, puissant, lourd, nerveux et léger. Les compositions ont cette force qui balade l’auditeur du début à la fin sans même sentir le temps passer.

 
 

HEADCHARGER - BLACK DIAMOND SNAKE

Le nouvel album des Caennais de Headcharger vrombit tel le moteur d’une Ford 1932’s carburant à la nitroglycérine.

Les titres de Black Diamond Snake s’enchaînent sans temps mort, le pied bloqué sur l’accélérateur. Avec Black Diamond Snake dans l’autoradio, c’est l’assurance d’une chaude virée, ponctuée de rencontres atypiques, de mésaventures, de coups de poings et de coups de blues.

En 10 titres, Black Diamond Snake raconte la lente mutation d’un type hanté par un bolide noir à ses trousses jusqu’à ne faire qu’un avec lui... contre sa volonté. La mutation accomplie, Headcharger enclenche la première, la seconde, puis la troisième dans un crissement de pneu et une odeur de gomme brûlée.

Avec leur 5e album, les cinq Headcharger reprennent le volant, libres de toute contrainte. Depuis 10 ans, ceux qui ont croisé leur chemin en France comme en Europe (Sonisphere, Hellfest, Bloodstock, tournées avec Nashville Pussy ou Crucified Barbara...) gardent le souvenir d’une musique aux relents de gazole qui sonne comme si Led Zeppelin faisait l’amour avec Mötley Crüe pendant que Metallica filmait la scène. La carrosserie de la Black Diamond Snake est un alliage solide combinant stoner, metal et rock n’ roll (Metallica, Clutch, Foo Fighters...).

Dans la boîte à gants poussiéreuse les disques de Headcharger sont jetés aux côtés de ceux des groupes fondateurs (AC/DC, Black Sabbath, Deep Purple...). Aujourd’hui, la Black Diamond Snake fonce avec ce carburant de synthèse sur les routes de France et d’Europe à la conquête de nouveaux espaces, de nouveaux fans. La Black Diamond Snake a été préparée par Guyom Pavesi, carrossée par Guillaume Doussaud et customisée par Alan Douches (Dillinger Escape Plan, Mastodon, Sepultura) au West West Side Music Studios. Pour cette course à tombeau ouvert, Headcharger porte les couleurs de l’écurie Verycords. Alimenté par le carburant Warner Distribution, le puissant bolide arrive dans les concessions le 28 avril 2014.


Plus d'infos :


Partagez


Recherche

Haut de page